Voler comme l’aigle

Il est des conversations et des propos que nous tenons parfois qui sont loin d’être édifiants et propres à nous élever.

Avons-nous appris à nous élever au-dessus des jugements et de l’amertume qui souillent nos âmes ?

Voler avec les aigles est exaltant et bien différent que de côtoyer les poules d’une bassecour où l’on picore le grain de la critique à longueur de journée, sans vraiment savoir pourquoi.

Sachons avoir de nobles conversations avec pour devoir de ne jamais rabaisser personne en son absence.

Combien s’illusionnent en pensant s’élever en rabaissant les autres !

Ils impressionnent sans doute leur petit auditoire de bassecour qui se rassasie des grains de la critique mais sont, oh combien, désagréables au Seigneur (Jacques 4:12).

Il existe des conversations et des critiques qui sentent aussi mauvais qu’un poulailler.

Certains sont tellement exercés à la diffamation, même en public, qu’ils ne se rendent même plus compte de la laideur de leur comportement et de leur méchanceté gratuite.

Quelqu’un a dit : “Que notre attitude déterminait notre altitude”.

Voler avec les aigles, c’est faire preuve de générosité et de discrétion, vis à vis d’autrui, dans nos conversations même si celui dont il s’agit est répréhensible.

 

Les aigles ont aussi une vision différente des poules de la bassecour, ils regardent vers demain sans se limiter au cadre sclérosant que leur imposent la crainte et la timidité. Les aigles ne semblent pas avoir peur des vents puissants qui soufflent dans l’atmosphère. Ils appréhendent avec une aisance innée et glorieuse la tempête qui, soit dit en passant, souffle toujours plus fort en haut qu’en bas.

Les vents ne les poussent pas dans le repli sur soi du poulailler des murmures et du mécontentement, au contraire, les vents sont pour eux généralement le tremplin d’une nouvelle ascension.

Les aigles utilisent les vents contraires pour s’élever au-dessus des nuages et contempler le beau soleil divin. Apprenons donc aussi à voir les épreuves, non comme des obstacles, mais comme des opportunités de nous rapprocher de Dieu. Beaucoup se plaignent et se lamentent au lieu de faire preuve de courage et de foi. Jésus nous rappelait que nos inquiétudes ne produisent rien de bon en nous, bien au contraire…

Volons donc au-dessus des nuages du découragement avec les aigles et ne laissons pas l’adversité nous empêcher de vivre épanouis et heureux.

 

 

Yvan CASSAR